Vous êtes ici : Accueil > ACTIONS ET PROJETS > Le journal du collège > le Paresseux
Publié : 17 juin 2015

le Paresseux

Les paresseux sont des mammifères arboricoles d’Amérique tropicale qui constituent le sous-ordre des Folivora. Ce sont des animaux de taille moyenne au mode de vie original : ils sont presque toujours suspendus à l’envers dans les arbres et se déplacent avec lenteur. Ils possèdent de longues griffes. Les paresseux de la famille des Bradypodidae sont aussi appelés « aïs », chacun de leurs membres se terminant par trois doigts griffus, ce qui les distingue des « unaus », de la famille des Megalonychidae, qui ne présentent que deux griffes à chaque main.

Outre les six espèces vivant actuellement, on connaît quatre espèces éteintes de paresseux géants qui vivaient en Amérique. Les fossiles de trois d’entre elles ont été trouvés dans l’asphalte des Tar Pits de Rancho La Brea qui abrite des fossiles récents de la dernière ère glaciaire (- 40 000 à - 10 000 ans).
Famille des Bradypodidae dans laquelle on trouve les Bradypus, également appelés aïs (nom venant de leur cri), chez lesquels les « mains » sont munies de trois griffes et qui sont dotés de neuf vertèbres cervicales, ce qui leur assure une rotation de la tête d’environ 270 degrés. Bradypus variegatus (Schinz, 1825) ou Paresseux à gorge brune
Bradypus tridactylus (Linnaeus, 1758) ou Paresseux à trois doigts, Mouton paresseux
Bradypus torquatus (Illiger, 1811) ou Paresseux à crinière
Bradypus pygmaeus (Anderson & Handley, 2001) ou Paresseux nain

Famille des Megalonychidae ou unaus : deux griffes et six vertèbres cervicales Choloepus hoffmanni (Peters, 1858) ou Unau d’Hoffmann
Choloepus didactylus (Linnaeus, 1758) ou Paresseux à deux doigts

Les quatre paresseux géants des États-Unis étaient des animaux de grande taille qui pouvaient se tenir debout. Ils étaient herbivores et vivaient au sol :

Ils possèdent 18 dents au total (mais seulement des molaires) pour mâcher des feuilles.

Leur métabolisme, deux fois inférieur à celui des autres mammifères, leur procure une température qui varie de 23 à 32 °C. La couleur du pelage, verdâtre, est due à la présence de symbiotes chlorophylliens, des cyanobactéries (Cyanoderma bradypii ou Cyanoderma choloepi) et des algues vertes (Trichophilus welckeri). Le paresseux possède quelques prédateurs, principalement le jaguar, l’ocelot et l’aigle harpie (Harpia harpyja). Ainsi, chez le Bradypus variegatus, le sol est, et de loin, le lieu de sa plus grande vulnérabilité, cette espèce ne descend pour faire ses besoins qu’une fois par semaine, et se libère alors de plus d’un tiers de son poids. Ce mode de vie assez remarquable est dû aux feuilles coriaces que le B. variegatus mange, qui entraînent une digestion particulièrement lente. Il se déplace très lentement : moins de 10 m à la minute dans les arbres (soit 0,6 km/h)8. En fait, cette lenteur est son meilleur camouflage, il échappe ainsi à la vue perçante de ses prédateurs. Certaines études ont montré qu’il dort environ 12 heures par jour.

Nicolas Ilic source Wikipédia . livre . site